L'Hermine 2 - En-tête

L'Hermine 2 - Voyage en Méditerranée

L'Hermine II - Menu
Le dernier article : Retour dans les Cyclades
L'Hermine 2 2017 Cyclades : Andros - Syros
logo
De Skyros à Serifos

Du 2 au 10 Juin : retour dans les Cyclades

Avec cette longue descente motorisée de Skyros à Andros, se boucle presque le tour de l'Eubée, marqué par sa météo instable, et un temps frais en voie de réchauffement. Encore quelques éternuements du côté de Batsi, dont on espère qu'ils sonnent la fin de l'indisposition. Espoirs vains : le cycle se reproduit ; deux jours de vent du Nord à Batsi suivis de deux jours de calme, deux jours de pluie et de vent à Finikas suivis de deux jours de soleil et de jolie brise, et enfin deux jours de force 6 à 7 à l'abri à Livadhi, port de Sérifos.

Nous voilà revenus dans les Cyclades, avec comme objectif les îles de l'Ouest : Sifnos, Serifos, Kithnos. avant de reprendre le chemin vers Poros et le chantier.






logo
Sous l'olivier ou sur l'olivier ?

Du 2 au 3 Juin : de Skyros-Linaria à Andros-Batsi

Départ au lever du jour pour ces 65 milles dont seuls les dix derniers, dans le canal de Karisteas, permettront de sortir le génois. Arrivée à 18 h au port de Batsi, déjà visité en 2016. Captain Yannis est toujours là, en gilet fluo, mandaté par sa seule volonté, pour faire le dockman comme il se nomme. Si vous voulez, tout est ici gratuit, amarrage, eau, électricité. Mais la bonne volonté de Yannis, et la source de renseignements qu'il constitue, méritent bien une pièce.

Le port est peu fréquenté, tout au moins en ce début juin ; par contre, samedi soir, les quais sont garnis de promeneurs très majoritirement autochtones, et cafés et tavernas ont peu de tables disponibles. Les Grecs sortent en famille, et les jeunes envahissent les cafés branchés, lumineux et sonorisés.

Pour nous, c'est l'occasion d'oublier le bruit du moteur et les vibrations qui ont endolori notre colonne vertébrale.

Un petit coup de flemme, pendant de temps-là, une bulle de vent s'est formée au Nord d'Andros et arrose Batsi par le canal de Karisteas. Le port est soufflé par des rafales à plus de 25 noeuds, et comme un plaisancier a malhabilement décroché notre ancre, Yannis nous dit d'aller nous mettre le long du môle à l'intérieur du port. 9 pare-battages entre bateau et quai car le vent souffle sur le travers avant. Jour et nuit agités mais sûrs. L'ancrage ici est difficile, l'ancre tient mal dans la zone médiane, et les arrivants ont réellement des difficultés ! Un plaisancier anglais nous a offert une carafe d'Ouzo et une petite bouteille d'huie d'olive pour l'avoir aidé : plus que du fair-play, l'étiquette navale britannique !

Andros - Syros
La pluie à Finikas

Le 6 Juin : de Batsi (Andros) à Finikas (Syros)

Ce matin, c'est reparti vers le Sud ; à l'aube, le vent est favorable, mais 3 milles après Batsi, Eole devient apathique comme le montrait la prévision. Reprise du vent de Nord-Est en passant par le travers du cap Nord de Syros et descente sous voile par 10 noeuds de grand largue jusqu'à l'entrée de la baie de Finikas, où tout s'éteint complètement.

Finikas : une grande baie avec de nombreux mouillages sûrs par meltem, et, au fond un petit port, dont l'intérieur est complet mais dont le môle Sud est capable d'amarrer une vingtaine de bateaux cul à quai. Grand confort, WC, eau, électricité, WiFi sous-dimensionnée, pas d'options : mais 16,27 €/j pour 10,86 m ; 2 € par douche en sus. Tous les soirs, c'est le rendez-vous des bateaux de location.

Chantal et Daniel de Beg An Ar Vir arrivent d'Ios via Paros et viennent se mettre à l'abri car un vent frais de Nord (meltem force 6) doit souffler pendant deux jours. Retrouvailles, ouzo (celui offert par l'Angleterre, qui nous avait décaré la guerre... - chanson de marins -), taverna.

7 et 8 Juin : nouvel épisode pluvieux avec des grains.

Diaporama Modle
Sérifos : la Chora et le port

Le 9 Juin : de Finikas (Syros) à Livadhi (Sérifos)

Bonne brise (15 à 20 noeuds) du Nord, ciel bleu : 4 heures et demie de voile pour ces 25 milles malheureusement assez chahutés. Mais on en a profité !

Livadhi, le principal port de Serifos, a été complètement rénové récemment ; un bassin intérieur accueille les bateaux sur pendilles et c'est un peu dur de s'y faufiler. De ce fait trois pannes parallèles sont disponibles pour s'amarrer, saans compter la grande zone de mouillage au Nord du port. Mais hélas, les travaux restants traînent : pas de WiFi, pas d'électricité malgré la présence de bornes, pendilles coupées à certains postes et - est-ce une relation de cause à effet - personne pour s'occuper du port et percevoir la moindre redevance !

Pourtant le cadre est vraiment superbe, les plages bien aménagées et protégées, et la chora - le chef-lieu -, avec ses maisons cycladiques, domine la baie du haut de ses deux cents mètres.

logo
Carte de Serifos
Diaporama Modle
Le tour de Serifos

Le 12 Juin : En voiture pour le tour de Serifos

Vent du Nord force 6 à 7 pendant deux jours. Bateaux cul à quai, vent de l'arrière, pendilles... aucun risque. Avec Chantal et Daniel, nous partons en voiture de location faire le tour de l'île : 45 € la journée carburant compris. L'île est très escarpée, la route goudronnée fait le tour, et des tentacules dont la pente atteint quelquefois 20 % conduisent au bord de mer. Une visite plus profonde aurait nécessité un véhicule à quatre roues motrices, ou bien quelques semaines de randonnée pédestre.

Mythologiquement, Serifos est connue pour ses grenouilles rendues muettes par Zeus, à la demande de Persée, qui, fatigué de son combat vainqueur contre Meduse, souhaitait dormir dans le calme.

Aujourd'hui, l'île est un centre de randonnées pédestres, mais surtout une station estivale par ses plages, Livadhi, Livadakia, Ammos Psali, Megalo Livadhi, et Koutalas. L'infrastrusture hôtelière est surtout concentrée à Livadhi et Livadakia. Notre coup de coeur ira à Megalo Livadhi, car en ce jour de fort vent du Nord, nous y avons trouvé une taverna simple, où, aux tables les pieds dans l'eau, on n'entendait plus le vent, mais seulement le bruissement des feuillages des tamaris, et le léger roulement des vagues s'amortissant sur la plage.

De nombreuses chapelles et quelques monastères, bien entretenus, reconnaissables à leurs coupoles colorées occupent certains points culminants. L'agriculture est maraîchère, et les roseaux témoignent de l'eau sous-jacente en maints endroits. En quelques points, subsistent des restes d'installations minières, autrefois sous la tutelle de la famille Krupp, et abandonnées à la fin de la deuxième guerre mondiale.

Côté plaisance, trois baies constituent un abri, surtout vis-à-vis des vents du Nord les plus violents : Livadhi, le port, est la baie la mieux protégée, Megalo Livadhi et Koutalas-Ganema sont des alternatives sans amarrage et plus ventilées.